Nous soutenir

Que faire pour assurer une eau potable sans fluor pour toutes et tous?

1) S’informer & diffuser l’information

  • Restons vigilantEs, soyons à l’affût des changements.
  • Informons-nous en lisant sur le sujet.
  • Pour être au fait des derniers développements, visitons régulièrement les pages web du comité Sans fluor des ATQ & d’Action Fluor Québec.
  • Téléchargeons les différents documents et partageons-les autour de nous.
  • Visionnons la présentation de M. Gilles Parent (sur DVD, disponible via info@atquebec.org) et partageons-la.
  • Parlons-en à nos amiEs, notre famille et notre réseau.
  • Faire circuler l’information:
    Il y a beaucoup d’ignorance sur ce sujet, parmi les citoyenNEs, les éluEs et les journalistes. À l’ère de la mondialisation, il est insensé de limiter ce débat au niveau municipal tout en ignorant les dernières avancées scientifiques, car de telles décisions simplistes sont vouées à l’erreur. ll faut élever le débat et éviter d’avoir à refaire le travail une municipalité à la fois . La fluoration de l’eau a des répercussions bien au-delà de la carie dentaire; elle affecte la santé globale, humaine et environnementale. L’eau potable nous concerne toutes et tous !

 

2) S’exprimer

  • Écrivons à notre conseillère ou conseiller municipalE et au maire de notre ville:
    en exprimant notre désir d’avoir une eau saine sans fluor dans notre municipalité ainsi que nos préoccupations sur les risques liés à l’ajout du fluorure dans l’eau potable, une substance toxique inutile et inefficace contre la carie. Demandons-leur d’inviter nos experts pour mieux comprendre cet enjeu.
  • Écrivons à nos députés provinciaux et fédéraux:
    pour dénoncer l’absence de débat. Exigeons que le gouvernement provincial interdise cette pratique comme en Suède, en Allemagne et au Japon. Nous pouvons nous inspirer de l’argumentaire des ATQ et demander un moratoire ou l’arrêt définitif de la fluoration, cela en vertu du principe de précaution et des droits et libertés personnelles. Nous pouvons demander une enquête nationale, menée par un organisme indépendant et impartial, tel un BAPE générique sur la fluoration de l’eau ou tout autre mécanisme de consultation publique neutre, approprié et participatif.
  • Écrivons aux différents journaux des lettres ouvertes pour dénoncer la situation.

 

 

3) S’impliquer

  • Contactons ou joignons-nous à un comité citoyen local ou à un groupe environnemental
    – À Québec : Comité Sans fluor des ATQ
  • Réalisons une entrevue ou une capsule radio ou TV dans notre communauté.
  • Faisons un don pour les ATQ et/ou le Front commun pour une eau saine (FCES).
  • Devenons membre ou participantEs des ATQ

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail