Nous soutenir
Actualité

Coopérative intégrale, un mouvement venant de Catalogne

Coopérative intégrale, un mouvement venant de Catalogne

Lorsqu’on parle d’alternatives, il est souvent dit que c’est louable, mais que fonctionnant dans un système capitaliste avec une monnaie donnée, il est impossible d’en sortir complètement. Et si l’on réunissait les différentes alternatives pour les regrouper?  C’est ce que propose une coopérative en catalogne, la CIC.

 

Voici un article de la coopérative intégrale catalane sur le site de Basta!

Mettre en réseau des alternatives locales, à l’impact limité, pour poser les bases d’un nouveau système économique, financier et solidaire, capable de répondre concrètement aux besoins individuels et collectifs à grande échelle. Tel est l’objectif de la Coopérative intégrale catalane qui se construit depuis six ans. Coopératives de productions agricoles ou industrielles, épiceries solidaires, centre de santé, réseau d’approvisionnement, structures de prêts et de financement… Entre 3000 et 4000 personnes sont déjà actives au sein de cette coopérative intégrale, qui doit permettre de vivre en dehors du système capitaliste et proposer une alternative à son hégémonie.

[…]

La Coopérative intégrale catalane se base sur des noyaux d’autogestion locaux, qui regroupent plusieurs projets autonomes. Ces derniers peuvent être actifs dans le secteur productif (agricoles, industrielles, postindustrielles) ou non productif (d’éducation libre ou de santé par exemple). Ils sont la base de la coopérative. La Coopérative intégrale elle-même n’a pas de cadre juridique. Elle constitue un socle de référence et de coordination, où se créent des outils collectifs (juridiques, informatiques, financiers…) qui serviront à tous les processus locaux.

Lire la suite de l’article

L’article met en avant un webdocumentaire très intéressant sur différentes petites initiatives qui se mettent en relation pour avoir plus d’impact. Poder sin poder, une autogestion au quotidien

La coopérative intégrale regroupe des alternatives sous forme de coopérative mise en place par des citoyens, ce n’est pas sans rappeler le mouvement En transition, démarré en Angleterre voici quelques années. Le succès de cette forme d’autogestion remporte aussi un succès en s’exportant dans la ville de Toulouse.

L’échange entre les personnes membres de la coopérative trouve une part de sa force dans le fait de pouvoir échanger en dehors du système monétaire actuel, il ne cautionne ainsi pas la spéculation ni son renforcement par son utilisation. Il existe différentes voix possibles pour l’échange que ce soit par l’échange de services par le biais de don d’heure, comme les SEL en France ou l’Accorderie au Québec, mais il est aussi possible de passer par des monnaies locales, appelées Monnaies Complémentaire Communautaire qui permettent de renforcer l’implication dans le milieu.

Le mouvement de la décroissance a pour objectif de penser notre système pour qu’il soit à une échelle environnementale en accord avec la nature; les différentes alternatives que promeut cet élan de coopérative intégral vont aussi dans le sens de la décroissance, car elles remettent l’humain au coeur de l’échange.

Ce n’est peut-être pas un hasard si la coopérative intégrale est née en Espagne, pays touché durement par une crise causée par des choix économiques mettant à mal l’environnement et précarisant la vie des gens. Que par la suite cela aille en France, en Grèce et dans les différents pays européens, peut être une vision de ce que nous aurons au Québec avec la continuité des politiques actuelle.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Étiquettes: ,