Nous soutenir
Actualité

Fluoration de l’eau : une campagne de Santé publique

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Fluoration de l’eau : une campagne de Santé publique
qui doit s’attaquer aux causes et non aux symptômes

Québec, le 2 juillet 2013 – Les AmiEs de la Terre de Québec dénoncent la nouvelle stratégie de
promotion de la fluoration de l’eau potable de la Direction de la santé publique qui lance une
offensive énergique visant à ajouter des fluorures chimiques dans l’eau potable pour la moitié
de la population québécoise d’ici les cinq prochaines années. Celle-ci envisage même, dans
l’éventualité de l’échec de cette promotion, d’opter pour la fluoration des aliments.

Les AmiEs de la Terre de Québec soulignent l’importance d’agir en amont, comme en
environnement, pour favoriser une bonne santé dentaire globale (prévention grâce à l’aide de
nutritionnistes pour une alimentation de qualité sans sucre raffiné, meilleur accès aux soins de
santé dentaire pour tous (couvert par l’assurance maladie), taxation supplémentaire des
produits dommageables pour la santé dentaire pour financer ces mesures, etc.). Nous
déplorons la décision du gouvernement de choisir une médication forcée au lieu de s’attaquer
à la source du problème, soit les causes de la carie dentaire. En ce qui a trait à la genèse de la
carie le Dr Ralf Steinman, spécialiste canadien en immunologie et prix Nobel de Physiologie ou
Médecine, a démontré l’action systémique du sucre raffiné.

Les AmiEs de la Terre de Québec se basent sur quatre principes pour réclamer l’arrêt de la
fluoration de l’eau potable au Québec :

  • le travail sur les causes en amont et non sur les symptômes du problème;
  • le principe de précaution;
  • la protection de l’environnement;
  • le choix libre et éclairé.

Les organisations de santé sont-elles infaillibles?
Bien que plusieurs organisations de santé en Amérique du Nord soient favorables à la
fluoration de l’eau, un nombre grandissant de chercheurs de haut rang, dont plusieurs prix
Nobel, se montrent critiques face à cette mesure ou s’y opposent carrément. D’un point de vue
scientifique, l’avis d’une organisation de santé publique n’est pas équivalent à un corpusd’études ou à des essais cliniques révisés par des pairs. Le Dr. Arvid Carlsonn, médecin et
neurobiologiste suédois et autre Prix Nobel de Physiologie ou Médecine, considère que «la
fluoration de l’eau est  »obsolète »» et soutient que «les nations qui l’utilisent encore devraient
avoir honte» (2000).

Un manque de données scientifiques de qualité, selon les experts
Les principales revues de littérature sur le sujet dénotent le manque de données probantes et
la piètre qualité des études qui soutiennent la fluoration de l’eau potable. C’est le cas
notamment de l’étude de York, publiée en 2000, sur laquelle se basent les principales
organisations de santé publique pour justifier le maintien de la fluoration de l’eau. Les auteurs
de cette revue ont d’ailleurs publié, en 2003, un commentaire afin de rectifier la mauvaise
interprétation des conclusions de leur étude par les agences de santé publique.
Les AmiEs de la Terre de Québec réaffirment ainsi leur intention de continuer à informer la
population et les municipalités des risques et incertitudes associés à la fluoration de l’eau
potable, en collaboration avec leurs alliés.

« Le fait que l’acide exafluosilicique s’hydrolyse dans l’eau (en partie et non pas totalement
comme on le prétend) ne fait pas disparaître les  »ions fluorure » de l’eau, ni le silicium. Selon ce
que j’ai lu à ce jour, ce sont des réactions chimiques complexes qui varient selon plusieurs
paramètres et que les promoteurs de la fluoration veulent simplifier à outrance. Le fluorure
étant une substance cumulative dans l’organisme (de 50 à 90% s’accumule pendant des
années) qui cause la fluorose est la preuve que sa dilution ne signifie pas que ce soit sans effet
ni inoffensif» affirme également J. Siles, porte-parole du Front commun pour une eau saine et
membre actif du comité Sans Fluor des AmiEs de la Terre de Québec.

À propos des AmiEs de la Terre de Québec
Les AmiEs de la Terre de Québec, un mouvement écologiste citoyen fondé en 1978, comptent
plus de 1000 membres. Par la réflexion, l’éducation, la défense collective des droits et le
développement d’alternatives, nous tentons de favoriser l’émergence d’un monde plus
équitable, solidaire et écologiquement viable pour les générations actuelles et futures.

— 30 —

Sources : Dominique Bernier et Laurence Morin (418-524-2744, info@atquebec.org ) et J. Siles (418-
681-1618, jsiles@mediom.qc.ca)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail